• Jonathan Lardillier

Présentation

Mis à jour : 26 févr 2018

Bonjour à toutes et à tous, Pour démarrer ce blog participatif, j’aimerai prendre le temps de parler de mon expérience sur internet pour expliquer mon envie de voir se développer cette plateforme d’échange. Je pensais au début retracer une histoire neutre de la culture des jongleurs internets, mais je n’ai pas la fibre de l’enquêteur minutieux et objectif. J’ai tendance à tordre la réalité à ma convenance pour l’embellir, alors il me semble plus intéressant de partager mon point de vue subjectif, qui en le confrontant aux vécus, expériences et témoignage d’autres jongleurs, nous permettra d’approcher cette objectivité.

Tout d’abord, les plus renseignés savent que j’ai commencé la jonglerie par les Poïs ( oui oui ). C’était fin 2004, et à cette époque, internet commençait tout juste à se démocratiser. Peu de gens ont une connexion internet, les moteurs de recherches ne sont pas performant, et créer un site était vraiment réservés aux initiés. Les informations sur la toile étaient moins nombreuses et faciles à trouver.


Mais à ce moment, les choses changent. Comme moi, beaucoup de gens s’investissent dans la production de contenus. Pour ce qui est des Poïs, j’ai notamment beaucoup travaillé avec Pandora pour mettre en place un blog décrivant la plupart des figures de bases, des tutoriels pour les apprendre, et des articles pour parler des nouvelles vidéos, des meilleurs techniciens de l’époque. Ce blog faisait partie des sites de Pois les plus visités de son époque, ce qui nous à pousser à être précis et à nous améliorer.


Puis en 2006, je rencontre les jongleurs de l’ENS’; là, c’est la grosse claque. Ces jongleurs me font découvrir la jonglerie BAM ( balles anneaux massues), avec tout son background théorique: le site swap, la notation OSU, les diagrammes de cause, la notation MHN, des tonnes jongleurs célèbres, mais surtout un énorme niveau technique !

Imaginez dans un même gymnase, tous les vendredis soir: Éric longequel, Minh Tam Kaplan, Émmanuel Peres, Guillaume Martinet, Jean-François Valentin, Pich, Trash, Morgan Cosquer, Nicolas Longuechaud, Éloi Prieur, Renaud Roué, Jonas Beauvais, Thomas Aknine, Van-Kim Tran, plus tous les bons jongleurs de passage à Paris ! Aujourd’hui, tout ce petit monde est professionnel, ça ne rigolait pas à l’ENS.


En plus de me donner une énorme motivation, ils me fond découvrir Jongle.net. À ce même moment, Youtube commence tout juste, mais très peu d’entre nous ont le matériel nécessaire pour filmer/éditer/uploader les rushs. Seuls les meilleurs des meilleurs jongleurs se retrouvent en vidéos sur le net. Certains vont passer beaucoup de temps à mettre des mots, à expliquer, à questionner énormément de points techniques. Le passage par le texte pour échanger autour de la pratique m’a sembler un exercice vraiment enrichissant, car on peut apprendre en mimant, mais on peut le faire sans comprendre, alors que pour faire un mouvement ou une figure en lisant un texte, nous sommes obliger de le comprendre pour l’exécuter.


Et puis facebook arrive en France en 2008 ... Du moins, je ressens un lien fort entre la perte de vitesse sur « le site de jonglerie le plus populaire du net » et l’arrivée de ce nouvel outil. Entre 2008 et 2011, les deux plateformes s’alimentent, pour ne finalement ne laisser place qu’au social network. J'ai vraiment eu l'impression que Facebook nous à fait perdre cette vergogne qui nous poussait à étudier, réfléchir, discuter et développer des sujets complexes et instructifs, pour nous pousser plus à la production de contenus spectaculaires individuels. Nous n'avons plus besoin de travailler dur pour obtenir de la reconnaissance ou de l'attention, il suffit de placer le bon GIF sous le bon commentaire de la dernière vidéo d'un nouveau jeunes brutes techniques. Même si moi-même j'y trouve un certains intérêt en tant que jongleurs à utiliser facebook, je peux reconnaître qu'il ne me tire pas vraiment vers le haut. Depuis, Jinette est complètement déserté. Même s’il est toujours possible de consulter les riches discussions (et je vous invite vraiment à le faire il y a des perles ), Ça fait quand même un petit pincement au cœur de voir ce symbole de recherche, de passion et de partage quasi à l’abandon.

Depuis, entre 2011 et aujourd’hui, j’ai pu retrouver cet esprit de recherche dans différents contextes: en convention, au sein de la création de « Liaison Carbone », lors de laboratoires organisés dans différents centres de formation, et pendant la réalisation de projets vidéos. Il m’a semblé que cet esprit réapparaissait dès que nous mettions dans un même endroit de bons jongleurs, curieux, motivés et productifs. D’un coup chacun tente de faire au mieux pour maintenir l’attention, garder l’esprit de créativité pour surprendre le groupe, rester motiver et précis techniquement pour assurer les recherches. J’ai beaucoup appris techniquement et humainement en passant du temps avec des jongleurs plutôt que rester seul dans ma salle d’entrainement, et de leurs aveux, c’est pour beaucoup le même constat. Ensemble, l’idée de créer une plateforme de travail utile, fonctionnelle et communautaire a émergé. Une plateforme où nous pourrions poser à l’écrit ce que nous ressentons, ce que nous observons, ce que nous lisons et ce que nous en pensons, ce que nous vivons et comprenons de notre pratique. Une plateforme où nous pourrions échanger nos expérience pour développer cette émulation que nous connaissons et que nous retrouvons chaque fois que nous sommes ensemble.

J’espère que ce premier article vous a plu, qu’il vous donnera envie d’en lire d’autres. Pour la suite, d’autres jongleurs prendrons le temps de se présenter. En attendant, je vous invite à me dire ce que vous pensez de cet article ou de ce blog , de ce que vous en attendez et ce que vous ne voudriez pas voir. Votre participation dans les commentaires seront utiles si nous voulons construire quelque chose qui nous amusent et nous enrichissent tous !

À bientôt, Jonathan

106 vues