• Jonathan Lardillier

Itinérance minimaliste


Posées simplement sur une table basse dans ma chambre d’hôtel, voici 10 ans de recherches. 10 ans de questionnements, de temps à éplucher différents sites internets de trekking et de forum de minimalistes, de conseils auprès de techniciens dans les théâtres, d'échecs et de trouvailles libératrices. Des jongleurs comme Guillaume Martinet, Joseph Viatte, Thomas Aknine, qui d'une certaine manière ont eu le même genre de réflexion, ont été une forte source de motivation. Avec ce kit, je pars pour 2 semaines de tournée, et il me suffit pour pouvoir théoriquement partir indéfiniment. J'écris l'article que j'aurais aimé trouver il y a dix ans, j'espère qu'il pourra vous aider à vous organiser pour votre prochain voyage. Pourquoi voyager léger ? D'une part, moins nous emportons d'objets avec nous, plus nous augmentons les chances de tous les ramener chez soi. Ça paraît simple, mais quand on a qu'un manteau, on n'en oublie pas un autre dans le placard de l'hôtel, pour s'en rendre compte 3h plus tard une fois dans le train . Ceci est vrai car, moins nous emportons d'objet, moins nous nous étalons. J'ai souvenir d'ami.e.s. , voyageant avec plus de 60L de bagages, transformer leur chambre en reconstitution de champ de bataille. Moins d'objets, moins de bazar, plus de zen et d'espace propre. D'autre part, un sac léger c'est un voyage léger. En tant qu’artiste, je passe 100 jours par an sur la route. Si je n'enlève qu'un kilo par an de mon sac, sur trois ans, je m'économise 500kg à transporter. Il suffit de devoir partir d'une convention pour aller jouer dans une autre région, en prenant une voiture, deux trains et un minibus, pour apprécier le gain de place et de poids. On passe partout, on ne se froisse pas l'épaule en chargeant sa trop grosse valise, pas besoin de devoir subir le regard gêné du.e la conducteur.trice qui vient nous chercher en Twingo. C'est pratique, léger, agréable. Enfin, parce que ça nous oblige à définir de quoi nous avons réellement besoin, et souvent dans la foulée, qui nous sommes. C'est quelque chose de finalement assez agréable et révélateur. Ça nous amène à observer des endroits de doutes ou de craintes, ce qui peut permettre de s'en débarrasser, mais aussi à affirmer des parts de notre personnalité. Faire son sac, c'est finalement un peut le vider, et mieux se connaître. Comment savoir quoi emporter ? Déjà, il faut prendre un vrai temps de réflexion avant de packer. Idéalement bien avant le jour de départ, pour ne pas être guidé par la peur d'oublier quelque chose ou le stress. Posez-vous, et faites une liste de ce dont vous avez besoin. Puis relisez-la, et demandez-vous: - est-ce que je m'en suis servi la dernière fois ? - est-ce que je ne peut pas utiliser autre chose de plus simple, plus petit, plus léger ? - est-ce qu'il n'y a pas une version plus résistante, plus durable, de plus pratique de cet objet ?

- est-ce que l'usage de cet objet m’est utile ? si la réponse est non, me rend-il heureux ? En questionnant votre liste, vous aller surement supprimer ou remplacer pas mal de choses. Une fois que votre liste est arrêtée, testez ce pack chez vous. Ça vous permettra de vous rendre compte de choses manquantes ou inutiles sans en ressentir d'inconvénient. Adaptez cette liste au nombre de jours de votre voyage. N'ayez pas peur de manquer. Si vous vous retrouvez dans l'embarras, vous devrez puisez dans de nouvelles ressources pour vous en sortir. Demander à des inconnus, changer une habitude ou vous rendre compte que finalement, ça ne manque pas tant que ça. Lancez-vous ! Même si ça peut vous semblez stressant, ce sentiment va vite disparaître pour apprécier les avantages cités plus hauts. En revenant reposez-vous les questions d'amélioration pour préparer votre prochain voyage, que vous pouvez de nouveau tester à la maison. Et ainsi de suite. Le sac idéal ne se fait donc pas en un jour, mais son élaboration est ludique et vous permettra d'avoir un autre rapport aux objets qui vous entourent. Quoi emporter ? Évidement, c'est à vous de répondre à cette question. Néanmoins, je vais vous détailler le contenu de mon sac pour que vous puissiez vous faire une idée.


Pour commencer, évidemment le sac à proprement parler. Celui-ci est un MILTEC, qu'on peut trouver facilement dans n'importe quelles grandes villes. Autour de 40€, imperméable, 40L facilement compressible en petit sac une fois les affaires posées à l'hôtel, plein de poches pratiques et discret.

Une chose assez récente mais qui m'a vraiment aidé, c'est l'utilisation de trousses de rangement. Ça permet de facilement trouver quelque chose dans son sac sans avoir à étaler sur le quai de la gare la moitié de ses affaires. Ça demande de bien connaître l'encombrement de chaque catégorie d'objet (toilette/électronique etc), mais à l'usage c'est bien pratique. Même si pour beaucoup l'usage de la gourde est courant, je prends quand même le temps de rappeler à quelle point c'est bien d'en avoir une. Sachez qu'il existe des modèles en Inox qui ne relâchent aucun produit dans l'eau. Idem pour les couverts, ils existent en inox et vous évitera de jeter des couverts en plastique.


Minimalisme et hygiène. Souvent ces deux notions ont du mal à s'entendre. Certains veulent être impeccable mais partent avec une trousse de toilette grande comme mon sac à dos. D'autres veulent être libre et léger, mais sentent le jongleur de gymnase après 3h d'endurance 5 massues. Voila le compromis auquel je suis arrivé:

-blaireau / coupe-choux / cuir / savon à barbe solide. Ça c'est ma fierté, d'une part parce que c'est quelque chose qui m'a permis de faire un grand pas écologique au quotidien, et parce que c'est ce le changement qui m'a fait le plus peur. Écologique parce que ce matériel à été acheté il y a 10 ans, et que depuis je n'ai rien racheté, même le savon. Effrayant parce qu'à l'époque de l'achat de ce kit, je suis sorti de la boutique "Planète rasoir" avec une facture de 300€, le tout sans savoir si j'allais réussir à me raser sans me défigurer. Pour les peureux, il existe des "rasoirs de sureté". Le reste est plus classique: mini parfum en verre rechargeable / déodorant solide maison / dentifrice solide / brosse à dents.

Ce pack ne concerne pas tout le monde, mais il y pas mal d'astuces. On y trouve: - Un micro Rode adaptable au smartphone et qui fonctionne aussi avec une rallonge mini jack, ce qui permet de filmer avec une très bonne qualité audio lors de captations vidéo ou d'interviews. - Un câble mini jack avec un adaptateur RCA, et un adaptateur gros jack. cet ensemble permet de pouvoir brancher sa musique sur beaucoup de système son. - Une clé USB pour avoir encore une option en plus pour diffuser ou partager sa musique. - Une lentille grand angle à mettre sur l'objectif camera d'un smartphone, pour pouvoir filmer même si on a peu de recul. - Un chargeur USB multi entrée pour ne pas se battre avec d'autres personnes qui seraient déjà en train de charger leurs téléphones. - Un trépied et un support à smartphone. - Ce n'est pas sur la photo, mais un smartphone et un PC 13 pouces. Avec tout ça, je peux être réactif pour répondre aux mails, capter, éditer, partager du contenu audiovisuel, le tout sans être trop lourd et compact.

Même si je pratique toujours les anneaux et les massues, je ne prends que ça en voyage. Les balles sont les objets les moins encombrants et les plus légers. Je prends 8 balles car je continue à questionner ma cascade 7 et je garde une balle de secours. On pourrait se dire qu'on pourrait toujours faire avec une balle en moins, mais je ne me sens pas encore prêts à prendre ce risque. J'ai aussi une paire de Vivobarefoot, d'abord parce que ces chaussures font partie des plus légères du marché. On pourrait aussi faire pied nu, mais après m'être blessé plusieurs fois sous la plante des pieds, avec parfois de très longs temps de récupération, je préfère me protéger.


Enfin, il me reste les vêtements. en plus d'une tenue portée, j'emporte : - 5 t-shirts / slips / chaussettes. En général ça me suffit pour une semaine. Puis je lave mes vêtements en chemin pour tenir. - une chemise pour les soirées. - un pull en laine. - 2 pantalons léger pour l'entrainement. - une veste imperméable. - 1 paire de chaussure de ville (encore du Vivobarefoot, j'invite les curieux à se renseigner sur cette marque, en attendant que je fasse un article dessus)

- un portefeuille. Ça c'est vraiment mon minimum. Ensuite, on peut voir sur la première photo un vélo pliant, et pas n'importe lequel: un Brompton. Avoir un Brompton, c'est ne pas galérer dans les transports en commun. C'est aussi être autonome et ne pas mobiliser des gens pour venir vous chercher à la gare. Ce modèle est le seul accepté en tant que bagage à main dans le TGV, ce qui veut dire qu'on ne paye pas non plus pour le transporter. Enfin, vu sa taille une fois plié, on peut l'emmener partout avec soi, au restaurant, dans l'hôtel etc...donc pas besoin de cadenas volumineux non plus. Ce vélo coûte effectivement cher : 1200€. Mais j'ai pris la décision de ne pas avoir de voiture, ce qui m'a permis d'investir dans cet incroyable machine, qui en plus d'être spectaculaire lors de son pliage/dépliage et d'être pratique, est un vrai bolide ! On peut monter facilement autour des 30km/h quand on a les jambes qui vont avec ;) . Ce qui explique la présence d'une dernière trousse:


une chambre à air.

un kit démonte pneu une pompe une clé briquet couteau suisse Ce kit me sert à me débrouiller en cas de crevaison et de ne pas me retrouver à faire 10km à pied avec un vélo crevé pour rejoindre un atelier vélo. Évidement un vélo est vraiment pratique quand on sait l'entretenir et le réparer, mais se former à la réparation est quelque chose de vraiment passionnant.



Nous avons donc fini le tour de mon sac, j'espère que ça vous aura donné envie de vous alléger pour votre prochaine convention ou prestation. Au plaisir d'échanger avec vous sur ce sujet :)

341 vues